PILOTE.US - Journal d'un pilote francais aux Etats-Unis

In English

mardi 17 janvier 2012 à 04h04
Most Europeans don't understand the fascination behind American football, saying that God intended for a ball to be round -- and what's with all the interruptions? Americans, in turn, find the back-and-forth of the checkered soccer ball for twice 45 minutes boring. I think those games represent the lifestyle on either side of the Atlantic. Soccer is steady with very few sudden bursts of actions. It's a safe game with no commercial breaks. American football has men in helmets, half-naked cheerleaders dancing to rap; it's a game as much as a show. It stops for 90 seconds, then it goes

Je m'applique

vendredi 25 février 2011 à 16h00
Lâcher en ligne pas facile pour l'instant. On a quitté Memphis dans des orages approchant, la nuit, vers 20h. J'ai dû réduire ma vitesse en montée à cause des turbulences : 250 kts jusqu'au FL200 puis 275 kts jusqu'à la transition sur Mach, où là, on affiche .76 selon la procédure Delta. Une fois sorti des turbulences, on a fait du .80, bref 80% de la vitesse du son. J'ai fait l'arrivée et le posé à Seattle, où des visibilités de 1 SM nous attendaient--et de la neige. Seattle alternait entre la 34L et 34C pour les arrivées (34R pour les départs). L'aéroport fermait les

Back in the saddle

mercredi 23 février 2011 à 17h14
Montre Breitling Navitimer au poignet, bague d'or d'Embry-Riddle, veste noire avec les trois gallons en or. Casquette du navigant avec le sigle Delta en rouge fer. Les ailes en or sont également agrafées sur ma veste et sur ma chemise blanche repassée au carré. Badge "CREW" autour du cou. Bon, il est temps de mettre l'uniforme, la première fois depuis mi-novembre. J'avais eu un mois et demi de vacances puis formation Airbus A320 pendant cinq semaines. Maintenant ma sacoche de vol est prête; j'ai quelques révisions de cartes d'arrivées Jeppesen à ratraper, mais je compte faire ça

Pas d'hésitation

dimanche 19 septembre 2010 à 22h51
Une "staycation," c'est ce qu'on appelle ici une "vacation" qu'on passe chez soi. Pour moi, ce sont des vacances idéales: Pas d'aéroport, pas d'avions, pas de bagages. Les parents de Gina nous ont rendu visite, on a donc profité de leur gentillesse pour leur faire faire du baby-sitting. Elle et moi sommes partis à l'hôtel du coin, où on a pu oublier pendant 24h notre rôle de parents. (Mes enfants ont 10 ans, 9 ans, et 5 ans.) Le matin, au petit déj de l'hôtel, pendant qu'on mangeait des pancakes, on a vu une famille avec un jeune de 18 ans qui portait un tee-shirt au logo

Mon nouveau record

mercredi 11 août 2010 à 06h45
Aujourd'hui, j'ai battu mon propre record de passagers transportés. Mon vol de Salt Lake à Cincinnati sur le MD-90 immatriculé 9217 avait 160 passagers. J'avais également quatre PNC et un membre d'équipage sur le siège strapontin du cockpit. Un total de 167 avec nous deux. La plupart des MD-90 de la flotte Delta ne transporte que 150 passagers, mais on vient d'acquérir trois avions de la compagnie charter suisse "Hello" qu'on a configurés avec 160 sièges. L'Airbus A320 que je piloterai après ma formation au mois d'octobre n'a que 148 sièges plus trois PNC. Donc, je ne battrai pas

Comeback kid

jeudi 29 juillet 2010 à 04h52
Il est 18:30 et je suis dans mon crashpad, à Minnéapolis. Le crashpad est une maison partagée par des pilotes qui sont basés loin de chez eux. Un pilote achète la maison, les autres se partagent le loyer, ce qui revient moins cher que de se payer chacun une chambre d'hôtel. De plus, on a une cuisine... et la camaraderie de l'aérien. J'habite près de Salt Lake, mais j'ai été muté temporairement à Minnéapolis. Au lieu de déraciner ma famille, j'ai décidé de faire des mises en place, car je peux prendre l'avion gratuitement, et un pilote ne doit se rendre au travail qu'une fois

Better be lucky

mardi 20 juillet 2010 à 00h58
Ca y est. Le nombre est 467, un nombre que je ne suis pas prêt d'oublier. Delta a annoncé aujourd'hui un bénéfice pour le deuxième trimestre, son meilleur résultat depuis dix ans. Et pour moi, c'est la première fois depuis 2003 que je travaille pour une compagnie qui n'est pas dans le rouge. Le bénéfice net est de 467 millions de dollars pour trois mois. Je crois que j'ai gagné quelques centimètres lorsque j'ai entendu la nouvelle--une dépêche envoyée via Twitter--car la pression s'est enfin allégée, et ca faisait depuis plus de sept ans que je travaillais dans un milieu qui

Un conseil important

jeudi 1 juillet 2010 à 01h51
Je reçois souvent des demandes de conseils pour devenir pilote de ligne aux Etats-Unis. Mon conseil le plus important, je dirais, c'est de ne pas suivre le conseil des autres. A chaque fois que j'en ai suivi, je me suis retrouvé déçu, et ensuite fâché que quelqu'un qui avait aussi tort, avait réussi à me convaincre qu'il était un expert dans la matière. D'ailleurs, il n'était même pas pilote mais vendeur de cravates. Si j'avais suivi le conseil des autres, je serai toujours en France à me demander pourquoi je n'ai pas eu le courage d'avoir tout misé pour l'opportunité de

Stand-by

jeudi 24 juin 2010 à 23h06
J'écris ces lignes depuis un hôtel à Minnéapolis. Aujourd'hui et demain, je serai en stand-by, prêt à partir en vol s'il y a changement de planning à la dernière minute. Mon métier, ces derniers mois, a été un mélange d'attente dans les hôtels et les aéroports américains, parsemé de vols intenses dans des orages, la nuit, pour remplacer un équipage bloqué sur d'autres aéroports. Je faisais une arrivée STAR le soir sur Minnéapolis, en provenance de Washington, DC. Et comme les orages étaient en train de traverser l'aéroport, nous faisions des circuits d'attente à une

Target fixation

lundi 7 juin 2010 à 19h07
Je suis assis dans une salle d'hôtel ici à Minnéapolis. Je me suis mis en place hier matin depuis Salt Lake, car je suis en réserve ces trois prochains jours. La réserve "short call" ne me donne qu'un temps de réponse de deux heures, donc je dois être pratiquement sur place lorsque le téléphone sonne, prêt à partir. Par contre, lorsque je suis en "long call," je peux rester chez moi à Salt Lake, puisque Delta doit me prévenir 12 heures avant tout départ en rotation. Mon service "short call," hier, s'est fait entre 13:30 et 1:30, la moitié passée dans un gros siège en cuir

La fin du tunnel

jeudi 20 mai 2010 à 02h06
Je suis à la maison, assis devant mon ibook. Je pense à l'état actuel du secteur du transport aérien américain, et je me demande si on peut voir enfin "the light at the end of the tunnel," de la pire décennie dans l'histoire de notre secteur. Selon la liste de pilotes à Delta, il y aura des centaines de départs à la retraite chaque année à partir de 2013 jusqu'à ce que je sois moi-même "retired" en 2039, suscitant des embauches à tour de bras et des progressions assez importantes pendant ma carrière. Il y aura une décennie complète, à partir de 2020, où plus de 500

La fête du travail

samedi 1 mai 2010 à 01h34
Je suis officiellement basé à Minneapolis à partir d'aujourd'hui, le 1er mai. Ce n'est pas vraiment la fête du travail pour moi puisque je serai en réserve les six premiers jours de mai. Comme je vis toujours dans l'Utah, je devrais faire des mises en place en GP depuis Salt Lake et me reporter à ma nouvelle base à l'heure. Mais connaitre l'heure exacte est un véritable défi. Delta nous permet de réserver le jumpseat presqu'une semaine à l'avance, et c'est ce que j'ai décidé de faire. Je me suis branché sur iCrew -- le nom de notre système de planning sur Internet, créé par

Croire en soi

samedi 24 avril 2010 à 04h07
J'entame ma dernière rotation depuis Salt Lake City avant ma semaine de congés. A partir du mois de mai, je serai officiellement basé à Minneapolis. Après un aller-retour sur John Wayne Airport, à Orange County en Californie, je décolle depuis la piste 34L de Salt Lake, et je prends un virage serré à gauche et vers le Sud, à destination de Phoenix. Le vol sur Phoenix ne dure qu'une heure et demie, mais c'est un de mes vols préférés. Quand tu atteins le Sud de l'Utah, tu passes entre le Zion National Park et Lake Powell, puis en entrant dans l'Arizona, tu fais une verticale le

La routine

mercredi 21 avril 2010 à 22h05
Ca fait plus de deux ans que je travaille pour Delta, basé à Salt Lake City. Je commence à bien connaitre le MD90, sur lequel je vole, le réseau de ma compagnie que je sillonne, et enfin ses procédures : la réglementation, le manuel d'exploitation, et le contrat entre la compagnie et ALPA, le syndicat des PL américains. J'ai mes Captains préférés, et ceux avec qui les vols paraissent beaucoup plus longs. J'enfile l'uniforme que j'ai soigneusement repassé. D'une main je prends mon badge "CREW," de l'autre mon téléphone portable, et mon portefeuilles où se trouve mes licences de

Made in the USA

lundi 12 octobre 2009 à 04h19
J'étais un grand supporteur d'idées sociales lorsque je suis arrivé aux Etats-Unis, en 1994. La majorité de ma vie s'était déroulée sous le régime Mitterrand, et la dernière fois que j'avais voté en France, j'avais voté vert. Oui, écolo. J'ai débarqué dans le désert d'Arizona, un Etat bien cowboy et républicain dans un pays qui venait d'élire Bill Clinton--après huit ans de Reagan et quatre ans de Bush. Le choc fut certain. A l'âge de 20 ans, j'ai donc décidé de me lancer dans le système américain à cause d'un rêve que j'avais, et d'une aptitude médicale pilote que

Atterrissage de nuit

jeudi 1 octobre 2009 à 00h02
Ce soir, mon atterrissage de nuit ne se fera pas dans une grosse ville comme New York, Chicago, ou Los Angeles, mais dans l'Idaho, un Etat paumé et montagneux entre le Wyoming et l'Orégon. L'Idaho a une population totale de 1,5 million d'habitants, et une réputation qui se limite à des stations de ski et une culture de pommes de terre — ses "famous Idaho potatoes". Je suis le pilote Frenchie qui découvre les coins perdus et fermiers de l'American West — cette fois-ci en jet. Je suis en descente sur l'aéroport de Boise, qui est la capitale de l'Etat. Il fait une nuit d'encre et mon

Le changement

jeudi 10 septembre 2009 à 00h56
En croisière entre la Floride et Atlanta, vol 1490. Il est 19:45 et le soleil est juste au-dessus de l'horizon. Je suis le pilote en fonction sur le MD88 immatriculé 987. Le MD88, avec des moteurs Pratt et Whitney de 21.400 livres de poussées, est moins performant que le MD90 dont j'ai l'habitude de piloter, qui en a 28.000 sur des moteurs Aero V2500. Delta m'a qualifié sur les deux. La masse maxi du MD90 est plus élevée, par contre l'aile est identique à celle d'un MD88. Donc le MD90 n'atteint que rarement son altitude maximum de 37.000 pieds. J'ai programmé le plan de vol sur le

September

dimanche 6 septembre 2009 à 17h24
I started my day in Nashville, Tennessee, a really neat town famous for its country music. I smiled when I saw that even the coded five-letter fixes that define airways over Nashville's airspace have country music connotations, like "GUITR", "HEHAW", OR "GRRTH". I found the people very friendly too. I love laying over there. We stayed at the Radisson Friday night. There were many young black men at the hotel, all wearing uniform sweat pants and jackets. I spoke to a couple of them in the elevator, and they said they were part of a college football team from Alabama. They would be playing

Lebensraum

vendredi 14 août 2009 à 15h42
On arrive sur la baie de San Francisco, par le Sud, et à 90 degrés. On est en descente, nez piqué, manette sur "idle", après avoir survolé des montagnes de 1.500 m. Le badin est sur 250 kt depuis qu'on a passé les 11.000 pieds. On fera un virage à droite à 24 nautiques de la piste et à 7.000 pieds, où on arrivera à un angle de 20 degrés sur la finale. Je suis le pilote en fonction sur ce vol depuis Salt Lake City, et Norcal Approach vient de m'autoriser à la Bridge Visual Approach 28R pour San Francisco International. Ca fait depuis 2005, lorsque j'étais copi sur Airbus, que je

Live free or die

jeudi 30 juillet 2009 à 19h26
C'est sous le brouillard de San Francisco, et depuis l'hôtel près de la baie, que j'écris ces lignes. Ca fait plusieurs mois que je n'ai pas écrit dans mon journal, mon français s'appauvrissant de plus en plus. Ca doit faire partie de l'expatriation, je me dis. Tu te lèves un jour, et tu essaies de te souvenir de ta langue maternelle. Certains mots sont encore là, les plus faciles. J'écris à mon père, par email, et parfois je lui envoie des photos de ce que je veux dire, car je ne trouve pas mes mots in French. En revenant de Las Vegas, on a fait un beau survol du Sud Ouest