PILOTE.US - Journal d'un pilote francais aux Etats-Unis

@piloteus

Mon histoire



Psst... Tu Peux Garder un Secret?

On dirait que les Américains ne peuvent pas garder un secret.

Hier, j'étais en finale 31 sur l’aéroport de Harrisburg en Pennsylvanie lorsque j’ai pensé au 11 septembre dernier.

Vous n’avez sûrement jamais entendu parler de cette ville. Harrisburg International est un petit aéroport avec une longue piste en dur de 3km. Il est 'international' parce qu’un turbo-prop d’Air Canada lui fait grâce de sa présence.

Cependant, les habitants de cette petite ville ont été les premiers à comprendre que ce pays a eu de la chance, beaucoup de chance, le 11 septembre dernier. En effet, si les avions avaient été détournés sur Harrisburg, cela aurait une catastrophe nationale bien pire que l’effondrement du World Trade Center à New York.

Tu vois, Harrisburg c’est américain pour Tchernobyl. Et en courte finale 31 je peux voir, sur ma gauche, les cheminées immenses d’une des plus grandes centrales nucléaires du continent. Elles sont situées sur une île, sur la rivière Susquehanna, à moins de 2 ou 3 nautiques de la piste 31. D’ailleurs j’ai du modifier mon étape de base pour les éviter.

(Harrisburg fut presque Tchernobyl en 1979 lorsque ce pays connu la pire catastrophe nucléaire de son histoire et que des centaines de milliers de personnes furent évacuées.)

Lorsque le gouvernement américain se préparait pour d’autres attaques terroristes après le 11 septembre, la FAA a créé des zones P (prohibited) autour de chaque centrale nucléaire du pays.

Puis, la commission américaine sur l'énergie nucléaire a demandé à la FAA d’enlever ces zones P des cartes. Car, pour des raisons de sécurité nationale, divulguer la location des centrales est contre la loi, comme cela a toujours été.

Alors, la FAA, dans un notam, a expliqué simplement qu’il est interdit de voler à proximité des centrales nucléaires. La FAA ne peut plus te dire où sont ces zones interdites, mais elle peut juste te dire qu’elles sont interdites.

Issued December 19, 2001
!FDC 1/3352 - ... SPECIAL NOTICE ... FLIGHT RESTRICTIONS EFFECTIVE IMMEDIATELY UNTIL FURTHER NOTICE, PURSUANT TO 14 CFR 99.7, SPECIAL SECURITY INSTRUCTIONS, OPERATIONS WITHIN THE TERRITORIAL AIRSPACE OF THE U.S. THIS IS A RESTATEMENT OF A PREVIOUS ADVISORY. PILOTS ARE ADVISED TO AVOID THE AIRSPACE ABOVE, OR IN PROXIMITY TO, SITES SUCH AS NUCLEAR POWER PLANTS, POWER PLANTS, DAMS, REFINERIES, INDUSTRIAL COMPLEXES, MILITARY FACILITIES AND OTHER SIMILAR FACILITIES. PILOT SHOULD NOT CIRCLE AS TO LOITER IN THE VICINITY OF SUCH FACILITIES.

Par contre, des zones interdites qui sont sur les cartes, tu en trouves autour de la capitale comme Camp David ou la Maison Blanche.

D’ailleurs, la procédure pour se poser à Washington ou pour voler dans son espace aérien est bien complexe. VFR ou IFR, il faut déposer un plan de vol et une copie sera transmise aux Services Secrets.

Les pilotes qui sont basés sur des terrains d’aviation générale autour de Washington ont reçu un code secret d’identification. Ils utilisent ce code à chaque fois qu’ils déposent un plan de vol comme toi, tu utilises un code pour aller chercher de l’argent à la banque.

Les pilotes dans ma compagnie reçoivent également un code secret par nos opérations pour chaque vol. Bien sûr, on n’a plus le droit d’utiliser un téléphone portable pour appeler notre dispatcher - juste une ligne sol, et on ne recevra pas le plan de vol jusqu'à ce qu’on s’identifie correctement.

On doit annoncer ce code à la radio lorsqu’on contacte Washington Approach pour la première fois, un peu comme toi, tu annonces l’ATIS quand tu vas à Strasbourg.

Si tu n’as pas le bon code, Washington Approach te demandera de contacter Dulles Approach (l’aéroport international de Washington qui se trouve un peu plus loin de la capitale) et tu seras considéré un "intruder" comme c’est encore arrivé à un équipage il y a deux semaines. Approach a fait dérouter leur 737 sur Dulles où il y a eu un petit welcoming committee armé jusqu’aux dents.

Pssst… Tout comme la location des centrales nucléaires, le fait qu’on s’identifie avec un code à la radio est, bien sûr, confidentiel, donc détruisez ce message après lecture.

Cependant, si un jour vous voulez faire un vol sur Washington, allez sur le site officiel de la FAA, et ne soyez pas étonné si vous voyez une explication détaillée de cette procédure. Mise à jour.

Comme je le disais, on ne peut pas garder un secret dans ce pays.