PILOTE.US - Journal d'un pilote francais aux Etats-Unis

@piloteus

Mon histoire



Ahhh, les hôtesses...

Ce matin, dans la salle d'équipage de Chicago, il y avait une hôtesse qui, c'était clair, me draguait. Alors que j'étais assis, elle m’a même massé l'épaule avec une de ses mains. Elle n’arrêtait pas de me regarder et de me faire la conversation. Je n'étais pas très à l’aise, je dois dire, et j’ai donc pris mes distances.

Il y a beaucoup de jeunes hôtesses et de pilotes dans la compagnie dans laquelle je travaille. L’atmosphère est très détendue, trop détendue des fois, et ça me rappelle souvent les années lycée.

Beaucoup d’hôtesses l’avouent, et j’en connais qui me l’ont avoué personnellement, elles ne sont devenues hôtesses que pour rencontrer des pilotes.

Tu pars en rotation avec elles, ce qui est comme une espèce de voyage. Tu passes la nuit à l’hôtel loin de chez toi, mais elle est dans la chambre à côté. Tu vas aller dîner ensemble, comme je l’ai fait ce soir, des fois tu vas aller visiter le centre ville ou faire du shopping.

Ou passer la soirée dans le jacuzzi, comme je l’ai fait il y a quelques semaines avec une hôtesse qui n’avait que 18 ans! ! (Bien qu’elle était charmante, et qu’elle insistait à me montrer ses tatouages, j’ai gardé mes distances).

Bien sûr les épouses des pilotes n’aiment pas ca, et dans deux grandes compagnies aériennes aux États-Unis, dont je ne fais pas partie, les femmes des pilotes ont formé une association, et ont forcé ces compagnies à séparer leurs maris des hôtesses en ayant deux hôtels différents.

Je suis à Springfield en ce moment, petite ville dans l'État du Missouri. J’ai appris, par une hôtesse d’ici, que Springfield est la ville natale de Brad Pitt.

Tout près du Holiday Inn dans lequel je suis ce soir, il y a un "gentlemen’s club," ce qui n’est rien d’autre qu’un bar avec strip-tease. Mon copi m’a proposé d’y aller mais j’ai refusé. Par contre, certaines hôtesses y vont.

Certaines y vont pour se marrer et passer la soirée avec le reste de l'équipage, d’autres se font du "pognon". C’est pas une blague.

On a quelques hôtesses dans notre compagnie, qui, après les vols, vont dans ces clubs, et se déshabillent pendant quelques heures.

Ces clubs ouvrent souvent les portes aux "amateurs" et les payent cash. Nos hôtesses, j’ai entendu dire, peuvent gagner plus en une soirée que ce que la compagnie les paie pour quelques semaines de vol. D’ailleurs, certaines ne sont pas si amatrices que ça puisqu’elles étaient "danseuses exotiques" avant d'être hôtesses.

Et des fois, les pilotes sont mêmes invités à voir.

Une de nos hôtesses vient de se faire virer car elle a utilisé son uniforme comme costume de danse. Une autre vient de démissionner car elle a eu un contrat pour être actrice dans des filmes X. L’argent est un atout puissant ici aux US.

Je ne connaissais même pas le nom de l’hôtesse qui m’a approchée ce matin à Chicago. Je n’ai jamais volé avec elle. Mais si un jour on fait une rotation ensemble, je n’espère pas que ce sera pour Springfield, Missouri.