PILOTE.US - Journal d'un pilote francais aux Etats-Unis

@piloteus

Mon histoire



RVSM avec KLM

Je suis assis au FL340, place droite d’un 767. L’Irlande est juste en-dessous de nous. L’Océan Atlantique, s'étend vaste à 12 heures. Le Londres-New York est prévu pour 7:55 de vol. On empruntera Track Bravo à FL370, qui nous amènera à 350 nautiques au Sud de l’Iceland, puis juste au Sud de la pointe du Groenland, et arrivée sur la Côte Est du Canada à New Foundland. Tempête de ciel bleu, la visibilité est tellement bonne qu’on voit plusieurs trainées de wide-bodies dans les 100 nautiques. Tous pointant vers l’Ouest, et tous se précipitant sur les tracks de l’Atlantique Nord—un peu comme les paquebots quittant les ports d’Angleterre.

Ces trainées donnent l’impression d’une véritable course. Chaque airliner appelle Shanwick Oceanic dès que possible pour recevoir leur clearance. Comme l’espace est limité, il arrive que le track ou l’altitude planifiée ne soit plus disponible. Aujourd’hui, notre point d’entrée est SUNOT pour NAT B à FL370. Je suis le pilote en fonction.

Espace RVSM (Reduced Vertical Space Minima), un Boeing 777 de KLM est juste à ma droite, à 1000 pieds au-dessus et à moins d’un nautique. On est en train d’afficher Mach 0.83, mais on commence doucement à le dépasser, et il passe dans mes 4 heures. Je demande au Captain si je peux réduire à 0.82, pour le garder en vue. Jeff acquiesce, et j’affiche .82 sur le Flight Control Unit. On vérifie notre estimée pour SUNOT. On est deux heavies presqu’en formation de vol.

KLM, lui, se précipite vers un autre point d’entrée pour un autre track. Je prends mon appareil photo de la sacoche de vol. Lorsqu’on passe sur Shannon control, je demande à KLM de passer sur 123.45. Le pilote à la radio me dit qu’il me voit et me donne son adresse émail pour les photos. Il me demande également à quel niveau je ferai la croisée. Je réponds 370, il dit 340. Donc, quelque part avant son point d’entrée et le mien, je monterai, lui descendra, et nos trajectoires se croiseront…