PILOTE.US - Journal d'un pilote francais aux Etats-Unis

@piloteus

Mon histoire



Etudier aux Etats-Unis

J’ai retrouvé le texte suivant que j’ai écrit il y a bien longtemps. Je parle de mon entrée dans une fac américaine…

On m’avait dit que le système d'éducation américain n'était pas démocratique, puisque les élèves étaient sélectionnés en fonction de la taille de leur porte-monnaie, et non celle de leur cerveau. Après avoir passé un an à la fac en France et presque deux dans une université américaine, je me suis rendu compte ô combien ce qu’on m’avait dit était faux.

Lorsque je mis les pieds pour la première fois dans la "Registration Office" de l’Arizona State University, je venais juste d’avoir mon permis de travail temporaire, et j’avais débarqué de France où, malgré mon Bac C (Maths), je n’ai pu rentrer ni à Math Sup, ni dans une école d’ingénieur. Déçu, j’avais alors tenté de me faire accepter, en France, dans une école de mécanicien aéronautique. Et malgré mon Bac et une licence de pilote privée française, j’ai été refusé. On ne prenait que 36 candidats sur 600 cette année-là. Et cette année-là, il y avait 36 candidats qui, selon l'école, seraient de meilleurs mécaniciens que moi.

Lorsqu’aux Etats-Unis, la femme blonde derrière le guichet m’adressa un bref "How can I help you?", j’avalai ma salive, et je lui ai dit que j'étais là pour m’inscrire. Elle me demanda de "déclarer" mon major, et sous le guichet me donna une liste de diplômes que l’université offrait. Mes yeux s’arrêtèrent sur l'école d’ingénieur, qui offrait parmi ses nombreuses matières, un diplôme en "Aerospace Engineering."

Et avec un sourire aux lèvres, je "déclarai" solennellement. Et avec autant de simplicité, elle entra dans l’ordinateur que j'étais désormais un student in Aerospace Engineering. J’avais une pensée émue pour tous mes potes en train de cravacher en fac de droit et d'éco.

Puis je reçus la liste des cours à prendre pour le premier semestre. "You need to take Engineering 101. If you pass, you’ll be able to take 102, etc..." On me donna les bouquins. Here you go. Good luck.

Le système français est parfait si ça ne te dérange pas de ne pas étudier ce que tu veux étudier. Dès que tu as des rêves ou des ambitions, ça devient plus difficile. Pour moi l’idée que mon future soit décidé par des notes du lycée, et que des opportunités à l'éducation soient fermées par des concours ne me paraissaient pas très juste. Le fait qu’on ne me donnait même pas une chance, et que je n’avais pas droit aux mêmes opportunités que n’importe qui ne me paraissait pas démocratique.

Et lorsqu’il était temps de payer, j’avalai pour la seconde fois ma salive.

Et c’est là que le système américain m’a vraiment mis sur le cul.

L’université aux Etats-Unis peut accepter autant d'étudiants dans n’importe quelle matière parce que :

Si tu "échoues" une matière, tu ne redoubles pas une année entière mais juste cette matière (je crois que le système européen se transforme doucement vers un système similaire). Donc, si tu réussis Engineering 101, les Maths (Calculus I), la Physique, mais pas la chimie (Chemistry 101), le deuxième semestre tu pourras étudier Engineering 102, Calculus II mais tu devras refaire, bien sûr, Chemistry 101.

L’université n’est pas gratuite pour tout le monde. Si tu peux te la payer, tu dois payer, et sinon, c’est gratuit. Oui, tu as bien lu, gratuit. Si tu vis dans l’Etat en question depuis plus d’un an c’est moins cher que si tu viens d’un autre Etat (in-state tuition vs. out-of-state tuition). Parce que tu as déjà payé des impôts dans cet Etat.

Dans mon cas, le gouvernement américain m’autorisait à étudier gratuitement en me donnant ce qu’ils appellent des "Pell Grants" (les frais d’inscription étaient remboursées et directement versés à l’université.) je n'étais même pas un citoyen américain, mais comme j'étais marié, l'éligibilité était basée sur mon salaire et non celle de mes parents. Donc, je faisais des études d’ingénieur aéronautique gratos. Après deux ans, et des "A" dans toutes les matières, une compagnie air ambulance m’a offert un boulot de pilote. Ce fut, en fait, une décision difficile à prendre car je savais que si je quittais l'école pour aller voler, je n’aurai plus droit au bourses d'études (mon salaire serait trop élevé). Mais je savais également que les écoles seraient toujours là, contrairement aux boulots de pilote.

Je continue maintenant mes études par correspondance ("online") où je fais une maîtrise d’aeronautics à travers l’université aéronautique la plus réputée au monde : Embry Riddle. Demain, d’un hôtel de New York, je ferai mes partielles d’Aircraft Accident Investigation. Je viens juste de finir un cours de Flight Physiology. Entre temps, j’ai pu accumuler plus de 5000 h de vol, presque 1000 h de jet, devenir instructeur pilote de ligne en compagnie, et recevoir 3 qualifs de type. Je ne regrette donc pas d’avoir quitté l'école.

Pour revenir aux bourses d'études, il y a également d’autres types de bourses. Par exemple, j'étais bon au tennis, et l’université m’offrait de payer mes études si je jouais dans son équipe. Comme il fallait s’entraîner plusieurs heures par jour après les classes, et que le gouvernement me donnait déjà des bourses pour étudier gratuitement, j’ai refusé. J’avais un boulot le soir (Loadmaster pour Airborne Express) qui me permettait de payer mon loyer. Jouer au tennis n’aurait pas pu faire ça.

Le service militaire aux US n’est pas obligatoire mais si tu le fais, tu reçois également des bourses études pour étudier gratuitement. Le service dure 4 ans, mais rien ne t’empêche d'étudier pendant ton service. Tu n’as pas besoin d'être citoyen américain pour faire ton service, mais tu as besoin de la Greencard. Et rentrer dans une école d’ingénieur à l'âge de 22 ans, c’est pas trop vieux, surtout qu’en France tu devrais faire des classes préparatoires.

Donc, voilà, certains penseront que ce n’est peut être pas démocratique qu’un riche doit se payer l’université alors qu’un pauvre l’ait gratuitement. Bien sûr, comme tout le monde, je préférais que les études soient gratuites pour tous, mais si je dois décider entre étudier ce que je veux étudier avec du matériel dernier cri, et la sélection française qui ne me donnait même pas une chance de devenir mécano (je me suis retrouvé en fac d'éco à faire mes partielles assis par terre, car il n’y avait pas assez de chaises), alors je préfère le système américain.

D’ailleurs tu devrais voir la gueule des universités ici, ce sont de vraies villes.