PILOTE.US - Journal d'un pilote francais aux Etats-Unis

@piloteus

Mon histoire



Superbowl

Je suis chez moi à Chicago, en train de faire mes affaires. Je pars pour Miami demain matin. Ca fait un an que j’ai fait ma qualif de type B767, donc ma compagnie m’envoie en recurrent training ou renouvellement de qualifs—4 heures de simu commençant à 6h du mat' Dimanche matin. Ouch.

Ici à Chicago, avec des vents en rafale à 22 kt et une tempé de -13 degrés Celsius, c’est un Hiver interminable. Ce week-end est un week-end important pour notre ville. Dimanche, le Superbowl aura lieu, et la dernière fois que les Chicago Bears ont été qualifiés pour la finale c’était en 1985. La ville de Chicago est déjà en fête. On croirait qu’on a déjà gagné. On affrontera les Colts d’Indianapolis dans le stade de Miami. Les tempés seront dans les vingtaines de degrés. Et pour la première fois de ma vie, je me réjouis de partir en renouvellement.

Ma compagnie continue à grandir, lentement. La concurrence est acharnée, et le secteur ne va pas fort. D’après le blog de Randy à Boeing : "Seulement un pourcent des nouvelles compagnies aériennes réussissent à long terme." (15 Nov. 2006). Les statistiques ne sont pas terribles.

Les grandes compagnies aériennes, elles, n’embauchent toujours pas. United, American, Delta, Northwest, et US Airways n’ont pas embauché depuis le 11 Septembre 2001. Mais elles commencent doucement à rappeler les pilotes qui ont été licenciés ces dernières années. Leurs centres de formation qui ont coûté des millions de dollars ne sont pratiquement pas utilisés—à part pour des renouvellements de qualifs annuels. Donc, pour les rentabiliser, elles les louent aux jeunes compagnies comme la mienne, qui ne peuvent pas se payer des simulateurs.

Ainsi des pilotes dans ma compagnie ont été formés à Denver, dans le training center de United avec des instructeurs United. J’ai été formé chez Boeing à Seattle, mais j’ai fait la sécurité et sauvetage à Atlanta, dans les centres Delta Airlines, avec des instructeurs Delta.

Mon instructeur ce dimanche est un pilote d’American Airlines qui est instructeur sur 767 et 777. D’ailleurs, c’est un véritable cowboy. Dans son temps libre, il fait de l’élevage de serpents, dont il a une centaine dans son ranch au Texas.

Les 'majors' donc nous louent leurs simus et leurs instructeurs pour former nos pilotes. Puis, on se retourne, et on mène une concurrence acharnée contre elles.

Oui les taux de réussite ne sont pas supers pour les nouvelles compagnies aux US. On ne gagne pas souvent, mais on continue à se battre—un peu comme les Chicago Bears au Superbowl.