PILOTE.US - Journal d'un pilote francais aux Etats-Unis

@piloteus

Mon histoire



Coup de fil ou lettre

Lorsque tu réussis un entretien, la compagnie t’appelle pour t’annoncer la bonne nouvelle. Lorsque tu échoues, elle t’envoie une lettre. J’attends toujours les résultats de mon entretien avec la Major. Je prie pour le coup de fil, et j’ouvre chaque jour la boîte aux lettres avec crainte.

Merci pour les voeux de réussite. Généralement, je ne réponds pas aux commentaires bien que je les lise tous. Mais aujourd’hui, je voulais prendre le temps de dire, "Merci, les gars. C’est super sympa."

Ma compagnie--en liquidation--m’a réclamé l’ordinateur portable qu’elle m’avait donné il y a deux ans, en formation B767. It’s company property, ils disent, et ils me poursuivront en justice si je ne le rends pas. Ce laptop est le seul ordinateur que j’ai. Mon vieil ibook est kaput. C’est donc avec cette machine que j’ai écrit dans mon journal ces deux dernières années. J’ai jusqu’au 11 Janvier pour le renvoyer. J’écrirai un dernier article avant de le rendre--sûrement les détails de mon entretien avec la Major. Peut être que je parlerai de son coup de fil.

Ou de sa lettre.

Je n’ai toujours pas touché un rond du gouvernement américain. Je paie mes impôts dans l’Etat de l’Illinois où je vis. A l’Unemployment Office, on m’avait dit, "No, sorry." Les Américains disent toujours "sorry" lorsqu’ils te refusent quelque chose.

Je me suis adressé à l’Etat de Virginie où se trouvait le siège social de ma compagnie. Un fonctionnaire de l’Etat m’a appelé, il y a quelques jours, et m’a dit qu’ils n’ont aucun "record" ou fichier sur moi. Donc, pas d’argent.

Sorry.

Je viens tout juste de m’adresser à l’Etat de New York. Sans doute que ma compagnie avait payé des impôts là-bas--la plupart de mes vols ayant été au départ de JFK. Et maintenant j’attends une réponse--un coup de fil ou une lettre.