PILOTE.US - Journal d'un pilote francais aux Etats-Unis

@piloteus

Mon histoire



All Kids

La porte en bois avait des fissures, et le bâtiment délapidé du cabinet du médecin se trouvait dans un pauvre quartier de Chicago. Il avait neigé toute la journée, et j’avais dérapé plusieurs fois sur la route pour faire ces 13 km.

Tommy, qui a 8 ans et une fièvre de plus de 40 degrés, m’a demandé pourquoi il n’y avait que des Mexicains dans la salle d’attente. J’ai haussé les épaules, et je ne lui ai pas expliqué qu’aux Etats-Unis, quand tu perds ton boulot, tu perds également ton assurance médicale. Je ne lui ai pas dit non plus qu’après des démarches importantes, j’ai réussi à décrocher une assurance payée par l’Etat et réservée aux enfants de parents sans emploi, ce qui est nouveau et rare dans ce pays. Cette couverture sociale s’appelle "All Kids."

Par contre, ici, les médecins ont le droit de refuser les assurances--même celle offerte par l’Etat--si les remboursements ne sont pas suffisants. J’ai découvert ça quand la température de mon fils avait atteint les 40 degrés et qu’il se plaignait de douleurs à la gorge et à la poitrine. J’ai alors appelé notre docteur de famille, et sa secrétaire m’avait dit froidement que, désolé, on n’accepte pas "All Kids." Donc une simple visite chez un pédiatre me couterait dans les 150 dollars. Les coûts exorbitants de la médecine américaine sont en partie dues aux frais d’avocats et aux assurances contre les poursuites judiciaires.

Je n’ai donc pas pris rendez-vous, et j’ai décidé d’appeler le Département de Santé de l’Illinois pour recevoir une liste de médecins agréés "All Kids." J’ai appelé trois fois, j’ai laissé trois messages, et le Département ne m’a jamais rappelé. J’ai alors ouvert les pages jaunes sous "Pediatrics" puis j’ai appelé chaque cabinet individuellement. Et lorsque Tommy m’a demandé pourquoi il n’y avait que des Mexicains ici, je ne lui ai pas dit non plus qu’on était chez le seul médecin dans un rayon de 15 km, qui prenait la sécurité sociale de l’Etat.

Le médecin en question était une jeune femme d’origine indienne avec un accent assez prononcé. Elle était sûrement là pour l’expérience et pour gonfler son CV jusqu'à ce qu’un vrai cabinet, avec un vrai salaire, puisse l’embaucher et rembourser ses études. J’avais été moi-même jeune pilote d’Air Ambulance avant d’intégrer une compagnie aérienne, donc je sais comment ça marche. Aux US, tu fais de l’humanitaire quand t’es riche, pas quand t’es pauvre. Et surtout pas quand t’es un immigrant qui a tout quitté pour l’American Dream.

En parlant d’American Dream, je débuterai dans une grosse compagnie aérienne ce Lundi, et je recevrai donc à nouveau une couverture sociale pour toute ma famille. J’avais reçu deux offres d’emploi, et j’ai choisi Delta Air Lines.

Pour la petite histoire, celle-ci a été créée il y a 80 ans. Elle est en ce moment la 3e plus grande compagnie du monde. Son siège social se trouve à Atlanta et ses "crew bases" sont les suivantes : Atlanta, New York, Salt Lake City, Cincinnati, et Los Angeles. Delta a plus de 300 destinations (un record) et va dans le plus grand nombre de pays que n’importe quelle compagnie--57 pays au total. Elle est également la compagnie qui transporte le plus de passagers à travers l’Atlantique et la seule compagnie américaine qui va en Afrique.

Delta a une flotte de 448 avions, dont la flotte la plus large de 757/767 au monde. Elle a également des Boeing 777, Boeing 737-800, et MD88/90.

Lorsque Delta fusionnera avec Northwest, elle deviendra la plus grande compagnie du monde. Le rêve americain est à ma portée--je peux déjà le goûter--et je compte les jours jusqu’au 18. Par contre, une fusion entre deux compagnies n’est jamais bonne pour les nouvelles embauches. Ce sont généralement les premières à perdre leur boulot lorsque la fusion est finalisée et la synergie créée.

Quant au médecin de la banlieue de Chicago, j’ai décidé de garder son numéro de téléphone. Quelque chose me dit que j’en aurai encore besoin.

Commentaire :

Pilote français aux Etats-Unis—30 ans plutôt

A la suite de cet écrit, j’ai reçu un email d’un ancien pilote de ligne français aux Etats-Unis. Michel était Commandant de Bord à Eastern Airlines. Maintenant à la retraite, il vit à Atlanta. Il m'écrit la chose suivante :

Et oui chers lecteurs du Blog de Danny : Ne doutez jamais de ce qu’il nous raconte au sujet de l’Amérique et les services sociaux, c’est exacte, et peut être même pire… Ce pays si avancé, si grand, si puissant, et soit disant si riche et généreux, n’est plus ce qu’il était (peut être ?) à une certaine époque… Nous pouvons dépenser 20.000 dollars par minute pour aller faire tuer nos pauvres trouffions ou les faire mutiler pour la vie, et massacrer ou causer d'être massacré des centaines de milliers d’innocents civils, alors qu’ici, quoi qu’en dise la propagande, il y a beaucoup de misère avec des gens qui crèvent de faim et qui ont un choix à faire : manger ou bien se faire soigner… Pour Danny, son courage et sa ténacité lui permettront toujours de survivre quoi que soit son destin avec Delta Airlines, mais les dernières lignes de son histoire en dit long au sujet de ce docteur à Chicago… Bien amicalement à tous… —Michel